flammes feux feu incendie enfer cerveau brûler macabre  au-delà infernal

Eirikr  TURGIS de Normandie

Réflexions et créations d'un être tripède tri-cérébral et de quelques autres créatures l'accompagnant

"sans tabou ni censure, sans haine ni racisme, dans un échange de liberté" "Français assurément, Normand entièrement"
leopards cats ecusson blason normandie manche calvados eure orne seine-maritime basse-normandie haute-normandie
Caricaturgis
Juif errant
Danse macabre
Néo-apocalypse
Verrat versus capra
Cène obscène

Danse Macabre
01-Ancien pape
02-Empereur religieux
03-Tsar pays froid
04-Religieuse
05-Bête et belles
06-Prince microétat
07-Jet sauteur
08-Princesse
09-Paparazzi
10-Président barb..
11-Chanteuse
12-Médias
13-Président puissant
14-Fillettes sages
15-Prisonniers
16-Vieux président
17-Femme du dit
18-Dictateur île
19-Ex président père
20-Ex président
21-Militaire mort
22-Chef religieux
23-Victime religion
24-Président autorité
25-Terroriste paix
26-Femme autorité
27-Scientifique 
28-Ecolo dogmatique
29-Extréme parti
30-Humoriste triste ?
31-Religion ancienneP
32-Religion amour
33-Religion paix
34-Femme pieuse
35-Maire capitale
36-Politicienne seule
37-Politicienne visible



Danse macabre ou le bal de l'apocalypse



06 - Prince d'un état extrêmement minuscule
prince majesté rocher argent or paradis fiscal allemand chrétien divorce scandale immobilier port richesse mariage prinier regner règne aquarium albert



Prince d'un état extrêmement minuscule
Réflexions des squelettes et autres êtres décharnés


Le prince d’un petit royaume recevait tout les nantis,
croyant en cela gouverner un immense pays ;
un peu empâté il dictait de son air  altier
des décrets seigneuriaux bien amicaux,

pour accueillir en son état princier
ceux qui recherchent les paradis fiscaux.
Mais lorsqu'il se met à procréer avec force et conviction,
l'église lui vient en aide et en le fait pas à la légère
elle l'asperge du goupillon et lui donne la bénédiction;
comme pour l'épisode de la lingère.
Avoir une arrière grand mère blanchisseuse
et tout aussi propre qu'une noble petite bêcheuse.

Hélas, de ses origines humbles et normandes
cela nuirait à la riche propagande
indiquant ce constat d'une cuisante cruauté
celui des limites et de l'étroitesse d'esprit de sa principauté.
De gêne pourtant ce seigneur n'a cure,
sinon celle de soulever sa bure ;
l'habit assurément ne fait pas le moine
quand il s'agit d'amasser de l'avoine.
Sous cette robe se cache un maquignon,
certes il s'est fait ôter le menton
lorsqu'il chuta sur la roche brune ;
mais depuis il a fait fortune,
remplissant au mieux tous les coffres forts,
aussi cossu que les navires dans le vieux port.
Avant cette altesse, son père fut appelé à régner,
lui, c'est noble et brillant qu'il se fait nommer.
Il n'avait pas l'habitude de se mouiller, de se baigner
pour cette société, maintenant il doit faire sa renommée.

Au royaume d'un état si minuscule,
les banquiers sont particulièrement joyeux,
car jamais le pouvoir ici ne bascule.
Pour des politiques aussi nébuleux,
nous assurons la stabilité de notre empire 
en accueillant des hommes de haute tenue ;
qu'importe si pour leur régime ils conspirent,
nous avons de cela durant la guerre déjà connue.
Le prince régnant n'hésitant pas à l'époque,
pour garder son petit mouchoir bien propre,
de traiter des affaires dans son palais baroque,
agissant traîtreusement comme un vulgaire malpropre.
Il est vrai que les bains, sur un rocher sont réputés,
de même que bon nombre de bonnes sociétés ;
ces dernières n'ayant pas hésité à profiter de l'argent volé
des pays d'Europe que l'Allemagne avait dépouillée.
Chaque nation traîne ces propres boulets même ceux rouillés,
le pire dans l'histoire étant la collusion avec l'ennemi ;
qui permit à un roitelet d'amasser tel une fourmi
sinon comment expliquer cette belle envolée,
des caisses d'état soudainement bien garnies.
Des comptes et un ridicule royaume assaini
Durant cette époque, au palais régnait la compromission,
blanchir l'argent des spoliations tel était la mission.
A la libération le prince curieusement ne fut pas inquiété,
mais celles qui des allemands avaient embrassé furent arrêtées.
Le petit-fils prit très tardivement dans l'armée son engagement,
ce qui permit à la famille et la cité d'échapper à l'opprobre.
Il est curieux que les riches bénéficient de spectaculaire ménagement,
alors qu'il fut refusé à des petites gens pourtant sobre,
poursuivi par une vindicte populaire teigneuse,
qui s'acharna bêtement comme une populace haineuse.
Bizarrement en certains lieux, ceux qui firent la justice et la loi,
faisaient parti de ceux qui restèrent prostré durant des mois.
Un général assez lâche ferma les yeux sans aucun émoi
pour ceux qui se faisaient massacrer injustement
ils n'avaient ni armes, ni défense, un contre cent, quel exploit
mais il ne fallut jamais enquêter contre ces crimes et débordements.

Mais il est des vices que l'on ne peut jamais se défaire ;
l'Europe n'a t-elle pas épinglée cette curieuse petite cité,
pour être un des paradis fiscaux qui récoltent le numéraire.
Sans savoir d'où provient l'argent dans un souci d'égalité
Étrangement ce minuscule état a disparu de la liste noire
cette liste tant recherchée mais qui était trop accusatoire .
Qu'ils viennent des diverses démocraties ou des dictatures,
l'argent volé du peuple doit toujours suivre la même procédure,
il suffit d'apporter des mallettes pleines de billets
pour être accueilli comme des princes et bienfaiteurs.
On ne vous fait remplir qu'un simple feuillet
vous n'êtes pas plus ennuyé que si vous étiez un livreur.
Dans d'autres paradis, venez donc avec vos caisses de lingots,
il y a toujours moyen de les changer il y a nos casinos,
n'oubliez pas qu'ici le silence est d'or ;
comme l'argent qui repose dans nos coffres forts.




Du principe ôtez le mal à la racine
il restera une famille princière,
qui du mariage ne garde pas l'officine,
préférant s'échapper discrètement par la porte arrière.
Il est une chose qui se doit d'être bien partagée,
dans les familles princières ou celles autoproclamées,
ce sont les divorces, ainsi que tous les mariages ratés.
De même que toutes ces histoires de coucheries,
qui font la une des grandes gazettes paillardes,
pour des cabrioles et historiettes bien égrillardes,
les enfants, par des comportements aussi déplacés,
donnent à leurs parents une réclame dont ils se seraient passés.
Après s'être servis des médias les voilà enragées
lorsque leur vie privée dans les journaux se trouvent relatées
les royales majestés en sont toutes déprimées
mais ne s'affichent-elles pas lors de leurs bouffonneries

Les résidents bénéficient d'une liberté totale,
en ce lieu, le catholicisme et religion gouvernementale.
La pieuse famille princière, depuis des siècles déjà,
se voue à la foi et à ces valeurs quoi qu'il lui en coûtât.
Le prince se prenant parfois pour un maharaja
Vous pourriez avec le plus grand entrain
dans le grand palais de ce pays si chétif,
abroger ou transformer le culte religieux d'état,
qui sévit encore dans ce paysage contemporain.
Chose curieuse car  dans ces galas si festifs,
les comtes les baronnes et tous les potentats,
venant des beaux galions qui dans le port accostent,
se résigne à faire du cirque leur nouvelle religion ;
pour l'argent et la fête ils deviendraient tous apostat.
Ils n'hésitent pas alors, dans les rues de ce timbre poste,
à dévoiler leurs millions, pris d'une soudaine contagion
ils n'hésitent pas à exhiber leurs billets tenus à pleines poignées.
Les seigneuries peuvent se revendiquer d'une ancienne lignée,
alors que seul le nom au loin se transmet.
Souvent la filiation par des étrangers se compromet,
au hasard d'une femme ou d'un homme qui fut rencontré ;
mais il faut de cette situation qu'elle ne puisse être démontrée.
Ainsi les familles régnantes, ou celles de la noblesse,
peuvent toujours prétendre à leur branche aristocratique,
les gènes du plaisir leurs ouvrent l'horizon de leur faiblesse,
car de la royale lignée celle des aïeux fut bien peu héroïque.
Il y a tant de sang mélangé et inconnu dans les royautés,
que la recherche en hérédité s'en trouverait désorientée.

Nous gardons ici quelques empereurs rois et roitelets,
gonflés d'orgueil de fatuité et sans aucun regrets, même écervelés.
Quels châtiments peuvent recevoir ces chers couronnés
pour leur faire comprendre qu'ici-bas ils n'ont aucune crédibilité
ils ne sont pas bien nés, mais seulement bien mort
étant venus de par leurs actions avec leur propre corps
ainsi devenu défunts, ils sont d'avec le peuple enfin a égalité.

Les écrits religieux sont bien utiles pour y puiser des idées,
mais certains feraient rougir le plus libertaire des dévergondés.
Lorsque nous apercevons dans ces ouvrages le luxe et les détails
relevés et compilés par les religieux qui ont fait ce travail ;
on constate que les auteurs ont des pensées d'une curieuse intensité.
Nous pencherions pour une grande et honteuse perversité,
à croire qu'ils décrivaient le mal qu'ils désiraient faire ?
Serait-ce leurs ardeurs qu'ils transcrivaient sur papier ?
Ils devaient plutôt s'exciter par l'horreur et s'en satisfaire,
tous les moines devaient être volontaires pour vouloir recopier.
Nous pouvons avec amusement accueillir les morts,
des croyances des autres et des opinions des uns ;
il ne faudrait point heurter la conscience de chacun,
mais l'avantage c'est que nous veillons à leur sort.
Point de rechute bien que, pour paraphraser un auteur,
je dirais la mort la mort toujours recommencée
avec toutes ces têtes couronnées il faut être à la hauteur,
alors nous organisons un service personnalisé.








00 Accueil
01 Ouverturgis
02 Portraiturgis
03 Littératurgis
04 Caricaturgis
05 Conjecturgis
06 Peinturgis
07 Sculpturgis
08 Créaturgis
09 Num-erik
10 Ecriturgis
11 Structurgis
12 Lecturgis
13 Gunhild Arts

courriel

  E.G.TURGIS - GERSHOM - Gunhild BURNELL - Thorr KARSBORG - © 1992-2011 copyright.-