flammes feux feu incendie enfer cerveau brûler macabre  au-delà infernal

Eirikr  TURGIS de Normandie

Réflexions et créations d'un être tripède tri-cérébral et de quelques autres créatures l'accompagnant

"sans tabou ni censure, sans haine ni racisme, dans un échange de liberté" "Français assurément, Normand entièrement"
leopards cats ecusson blason normandie manche calvados eure orne seine-maritime basse-normandie haute-normandie
Caricaturgis
Juif errant
Danse macabre
Néo-apocalypse
Verrat versus capra
Cène obscène

Danse Macabre
01-Ancien pape
02-Empereur religieux
03-Tsar pays froid
04-Religieuse
05-Bête et belles
06-Prince microétat
07-Jet sauteur
08-Princesse
09-Paparazzi
10-Président barb..
11-Chanteuse
12-Médias
13-Président puissant
14-Fillettes sages
15-Prisonniers
16-Vieux président
17-Femme du dit
18-Dictateur île
19-Ex président père
20-Ex président
21-Militaire mort
22-Chef religieux
23-Victime religion
24-Président autorité
25-Terroriste paix
26-Femme autorité
27-Scientifique 
28-Ecolo dogmatique
29-Extréme parti
30-Humoriste triste ?
31-Religion ancienneP
32-Religion amour
33-Religion paix
34-Femme pieuse
35-Maire capitale
36-Politicienne seule
37-Politicienne visible



Danse macabre ou le bal de l'apocalypse



22 - Grand chef qui se dit religieux
lama religieux sprituel argent dévot esclavage mensonge divinité moine philosophie bouddha inde tibet dogme richesse esprit faim régime terreur manipulation foi



Grand chef qui se dit religieux Réflexions des squelettes et autres êtres décharnés


Je tiens à ma place, j'ai le titre de grand  lama.
Ne suis je pas la sublime réincarnation,
de celui qui poursuit sa spirituelle évolution.
Exilé je fus, désormais je fais mon cinéma ;
vivant très sobrement dans d'élégants palaces.
Je reçois des acteurs ainsi que des politiciens,
qui recherchent une caution voir un soutien ;
je leur fais quelques sourires, c'est très efficace.
Grâce à mon ouverture d'esprit apparente,
je suis considéré comme une personne clémente.
Je suis accueilli maintenant comme une divinité,
les grands de ce monde, à mes pieds se prosternent.
Des chèques en quantité l'on me remet pour ma bonté,
une écharpe en échange je donne à ces petits subalternes.

Dans la ville où mon gouvernement vit en exil,
je reviens régulièrement pour garder les liens,
en bon bouddhiste, je suis en ce lieu végétarien.
Il faut montrer l'exemple, voilà qui est subtil ;
donc, je fais partout l'apologie du végétarisme.
Au cours de mes voyages dans les  grandes villes,
lors des dîners, à la viande je ne suis pas hostile,
les médecins ne vantent-ils pas les vertus de l'épicurisme.

Il me doit d'être parfait, et tout dire sur la sexualité ;
que la pression exercée par ce très étrange désir,
ne vous accordera par la suite que du déplaisir.
En effet, la satisfaction est toujours  de courte durée ;
et à sa partenaire, il ne faut point trop d'attachement ,
car c'est un frein à la méditation et tranquillité d'esprit.
De tout cela, le compagnon, ne doit pas être surpris,
pour éviter des complications et des embêtements.

J'ai décidé d'exclure enfin, de tous les monastères,
les moines qui sont adeptes du shougdénisme ;
car ils ne condamnent pas assez le communisme,
et de mon message au monde l 'idée ils en altèrent.
Ne me salissant pas, à tous mes moines je demande
de les chasser de partout, et pour cela j'ordonne et je suis discret,
comme de refuser de leur part toute piété, et toute offrande,
par cela, je m'oppose aux maîtres  du pays que j'ai quitté en secret.

Nos religieux vivent depuis toujours dans l'austérité,
sauf ceux, qui en exil sont nombreux et mieux traités.
N'avons nous pas construit des statues gigantesques ?
La vie dans notre pays et cauchemardesque.
car c'est une dure réalité, pour tous ceux qui mendient,
seule vraie solution pour se nourrir jusqu'à leur mort ;
pendant que bien repus, nos moines en occident  prient
devant des sculptures hors de prix, toutes  recouvertes d'or.

Dans un espace de douce et pure tranquillité ,
on ne doit pas  s'occuper de la pauvreté,
car ces petites gens doivent accomplir leur karma ;
tel il fut décidé par un des grands bouddhas.
Leur vie ne sera qu'une même succession
car au sein des classes les plus défavorisées,
ils continueront pour toujours leurs réincarnations ;
c'est la vie, car ainsi fut-il  décidé de leur destinée.




Auriez vous oublié très grand lama
que votre pays par vous tel qu'il est représenté
n'était pas, loin de là,  le pays de la  liberté
et je ne parle pas des espaces et du panorama.
Auriez vous oublié de dire à tous vos bons amis
que le bouddhisme est une très vieille théocratie
au service d'une très ancienne aristocratie,
qui sans remords au peuple fait subir l'infamie.
Dans votre religion s'affrontent différents  courants,
mais entre eux c'est blanc bonnet ou bonnet jaune ;
bien qu'ils se battent comme de simple béjaune.
Certes, il ne faut pas nier le côté désespérant
au milieu du siècle, de cette brutale invasion.
Les hommes de la muraille qui profitèrent de l'inattention
de toutes les nations du monde après la guerre,
qui ne portaient pas attention à ce bout de terre.
Il faut dire que les moines étaient très puissants,
détenant droits seigneuriaux de chacune des enclaves.
Ainsi, les monastères possédaient les pauvres paysans,
car leurs statuts, n'étaient guère plus que celui d'esclave,
travaillant dur et sans relâche pour la hiérarchie religieuse.
Ces moines, trop occupés à prier et à méditer près des cieux,
trouvaient tout naturel que cette gente si laborieuse,
ne puissent pas évoluer sous leur joug peu glorieux.

Concernant cette altesse qui de sa sainteté en est certaine,
que l'on interroge, et qui se la joue très star ;
oublie t-elle que des officines américaines,
l'entretienne comme théocrate avec leurs  dollars.
Ne fûtes vous pas admiratif par tous les bombardements,
disant que certains occupants, afin d'éviter les pertes civiles,
faisaient tout pour utiliser des frappes dosées chirurgicalement.
Vous prônez l'utilité de l'arme nucléaire, pour un pays non servile,
bizarrement c'est celui qui accueille votre pouvoir en exil,
et vous ne semblez pas vous émouvoir de cette arme si vile.
Admettez vous que les nations puissent être des meurtrières,
mais vos propos en occident ,sont tellement contradictoires,
qu'ils déroutent, car vous êtes changeant suivant votre auditoire ;
vous tournez plus rapidement que vos moulins de prières
Vous n'êtes qu'un petit chef religieux,
qui se croit vraiment grand de ce monde,
à force de côtoyer leur manière et leur milieu,
et que de vos intérêts cela correspondent.
Votre bonté ne s'encombre pas avec d'autres moines,
que vous n'hésitez surtout pas à faire expulser en masse,
sous prétexte d'une divergence religieuse de patrimoine,
contre ces frères monastiques vous pratiquez une chasse.
Autorisant les persécutions, et exigeant leur renonciation,
que voilà une belle preuve, pour cette très douce religion.
Dans les ors des républiques laïques, pavanant vous souriez
et bénissez d'une main, pour mieux recevoir des deniers,
alors que de l'autre vos obéissantes troupes vous exhortiez
à faire le ménage contre ceux qui osent vous calomnier.

Les pays du monde entier, se donnent bonne conscience,
à défendre des droits qu'ils refusent à d'autres religieux.
L'on vous décerne des distinctions, de cela même en science,
et vous êtes alors reçus par  un  grand nombres de nations.
Vous faites alors des conférences ou prenez la parole en tous lieux,
défendant une certaine paix et montrant votre détermination.
De moine religieux vous n'en avez plus que l'apparence,
à force de parader dans les riches dîners en abondance ;
à courir en tous sens sur la planète, loin des monastères,
vous vous êtes coupé de la méditation  de vos frères.

Cher frère squelette je me pose une question,
et de ta réponse dépendra  la fin d'une révélation.
Ici-bas se trouve en notre compagnie  les treize réincarnations,
qui peut donc me dire à qui appartiennent ces âmes corps,
si l'océan de sagesse n'en a prit que la possession.
Je pense avec toute raison, mais peut-être ai-je tort
que de cette religion, à vouloir comprendre le sens ;
car si le réincarné, d'un corps il prend comme vêtement,
quelle est la part de l'un ou de l'autre et de son essence,
puisque avant,  l'âme d'un autre en était le possédant ;
que devient ce dernier, qui est le premier, si le second
s'empare du corps, se débarrassant de l'esprit  vagabond.
Le réincarné détruit-il le possédant de l'enveloppe charnelle,
rejoint-il les limbes en attendant une intégration corporelle ;
où sa sainteté lama s'est il dédoublé puisqu'à peine mort,
les moines le cherchent réincarné dans un corps de cinq ans.
J'ai beau le questionner, il ne fait que sourire est-il retors,
où joue t-il de cette ambiguïté, alors qu'il plaît tant en occident.
N'est-ce encore qu'une de ses nombreuses religions
sous prétexte d'un bien être à percevoir dans d'autres dimensions,
qui ont fomenté une hiérarchie pour exploiter les paysans ,
afin que sur des générations ils tirent de ceux-ci leurs émoluments.

A sa prochaine venue, ce grand chef religieux
peut être ne sourira t-il plus si béatement,
car de la viande et des richesses il n'aura pas en ce lieu,
d'autres mets nous ne manquerons pas de lui préparer finement.






00 Accueil
01 Ouverturgis
02 Portraiturgis
03 Littératurgis
04 Caricaturgis
05 Conjecturgis
06 Peinturgis
07 Sculpturgis
08 Créaturgis
09 Num-erik
10 Ecriturgis
11 Structurgis
12 Lecturgis
13 Gunhild Arts






courriel

  E.G.TURGIS - GERSHOM - Gunhild BURNELL - Thorr KARSBORG - © 1992-2011 copyright.-