conjecturgis société religion science histoire arts ésotérisme femme homme problèmes mondiaux destruction guerre famine mondialisation faim guerre sécurité mort hégémonie technologie travail révolution

Eirikr  TURGIS de Normandie

Réflexions et créations d'un être tripède tri-cérébral et de quelques autres créatures l'accompagnant

"sans tabou ni censure, sans haine ni racisme, dans un échange de liberté" "Français assurément, Normand entièrement"
leopards cats ecusson blason normandie manche calvados eure orne seine-maritime basse-normandie haute-normandie
Conjecturgis

Religions
Sciences
Sociétés
Histoire
Arts
Esotérisme

Sociétés
Angélisme feminin
Filles femmes
Quota parité
Normand d'abord
Animaux compagnie






Sociétés



Quota et parité, oui mais .........










L’idée de quota pour les femmes m’est pénible, non pas parce que je suis un homme, mais parce qu’il est désobligeant envers les femmes, cela sous-entend pour beaucoup, que les femmes ne sont pas capables par elles-mêmes, donc aidons les en leur donnant un quota que les hommes devront respecter. Ce n’est certes pas mon avis, mais alors pourquoi cela devient-il gênant ?

D’abord il n’a jamais été démontré que les femmes votaient pour les femmes, une étude outre-atlantique démontre même que les femmes sont encore plus exigeantes envers une femme politique et réclament que une candidate absolument sans reproche. De plus si les hommes, en majorité dans une assemblée démocratiquement élue, sont capables de vouloir donner une loi ou même changer la constitution pour donner un quota de femmes, pourquoi alors sans loi, n’agissent-ils pas concrètement pour montrer leur volonté en instaurant d’eux-mêmes sur leurs listes des femmes, non pas parce qu’elles sont femmes mais par et pour leurs compétences au même titre que les hommes. S’ils sont capables de bousculer la constitution pourquoi ne pas le faire spontanément, plutôt que de faire voter une loi, surtout si ce n’est que pour faire semblant de montrer un intérêt qu’ils ne respecteront pas en pratique. D’ailleurs cela implique une discrimination qu’elle soit positive j’en doute, car si on établit une séparation, on se porte en juge avec quelque supériorité pour dire à l’autre, « mon pauvre tu n’y arrives pas de toi-même alors nous sommes obligé de t’aider ».

Je ne comprends pas que des féministes soient pour le quota, car ainsi elles devraient leur poste au bon vouloir d’une loi votée par une majorité d’hommes, il est à mon sens plus glorieux de combattre et d’obtenir sa place plutôt que de se la faire octroyer par une loi reconnaissant une différence comme si la compétence d’y arriver par soi était mise en doute.

De plus le quota est dangereux car il ouvre une brèche où beaucoup vont s’engouffrer. En effet si on reconnaît la femme comme différente de l’homme, mais il conviendrait de définir exactement sur quelle différence on va se baser mise à part le sexe. Donc d'un côté l'on nous rebat les oreilles sur l'égalité de sexes et de l'autre on prône la différence sexuelle donc physique pour obtenir une parité. Il est évident que je ne vois pas d’autres différences, nos cerveaux étant identiques, la femme n’étant ni meilleur ni pire que l’homme, il suffit de regarder les femmes en politiques pour s'en convaincre.

Alors que ce soit par loi ou par changement de la constitution, d’autres vont venir revendiquer leur différence. Ainsi au même titre qu’au USA, les noirs vont demander que l’ont reconnaissent leur différence physique, puis viendront les africains du nord, ceux qui dans notre pays, bien qu’étant français subissent pour certains des discriminations dues à la couleur de leur peau. Nous auront aussi ceux d’origine asiatique, ceux de l’Inde et de Madagascar etc.. chacun pouvant revendiquer une différence physique réelle. Pourquoi ne leur reconnaîtrions nous pas aussi leur différence, car pour un pays aussi multi-ethniques il apparaît que l’assemblée est un peu pâle de peau. Alors commence à se poser le problème du pourcentage, les femmes un peu près 50% de la population, ensuite il faudra déterminer le pourcentage de personnes à peau noire, à peau un peu moins noire, celles d’Afrique du nord et du Moyen Orient, celles d’Asie, d’Inde, Pakistan, chaque individu demandant à ce que l’on reconnaisse sa différence physique puisque l’acceptation de l’autre et dans la reconnaissance de sa différence.

Faisons un peu de fiction, et prenons une représentation plus exacte de la population française, et rassemblons-les dans un immense amphithéâtre. Alors, j’aperçois tout d’un coup que notre assemblée légèrement plus colorée, si j’osais je dirais même que notre Assemblée sera plus représentative lorsqu’elle ressemblera au niveau social et professionnel de ce qu’on trouve dans le métro ainsi que dans les campagnes. Et surtout n'ayez pas cet air narquois en pensant qu'une personne issu d'un milieu rural ne pourrait pas rivaliser avec un bobo de Paris. Mais, et oui je n’allais pas vous laisser avec ce problème aussi simple, il y a un mais, car il y aura bien quelqu’un qui demandera :
"Je suis une femme de couleur noire, dois-je être comptabilisé dans le quota des femmes ou dans celui des personnes à couleur de peau noire ?"

Silence dans l’Assemblée, on réfléchit on délibère, la personne qui a posé la question se tait, attend patiemment, après délibération on lui répond que c’est la couleur de sa peau qui apparaît en premier. Mais la femme noire ne veut pas, elle est femme et veut qu’on la reconnaisse en tant que telle, car si dans la rue elle est vue d’abord comme « une noire » parmi les siens, dans sa famille elle est avant tout une femme. Alors délibération, certains indiquent qu’il faut appliquer le pourcentage de femme dans la catégorie noire. Donc reprise des calculs et chaque groupe se retrouve divisée en deux, hommes et femmes.

Enfin tout est réglé ou presque lorsque la même femme noire lève la main, on lui donne à nouveau la parole.
"Lorsque je voterai mon vote sera pris en compte comme femme ou comme personne noire."

"Peu importe lui réplique le délégué de l’état vous allez êtes affilié à un parti ……"

Silence dans la salle, on avait oublié qu’il y avait aussi des partis politiques.

"M….. mince se dit le délégué il faudra respecter au sein de chaque parti le nombre et pourcentage de chacune des catégories sinon cela ne sera plus démocratique. On verra cela plus tard se dit-il pour l’instant on détermine le pourcentage de chacune des catégories dans la population."

Soudain dans la catégorie blanche, vous savez ceux qui étaient toujours majoritaire et qui ne voulaient pas laisser de la place aux femmes, plusieurs hommes lèvent la main et un homme, plus bruyant que les autres, prend la parole (il n’attend pas qu’on lui donne l’autorisation de parler c’est normal il a de mauvaise habitude puisque avant, ses camarades et lui-même régnaient en maître sur l’assemblée)
"Nous faisons certes partie de la catégorie homme et blanc, mais je revendique une sous-catégorie au sein de notre groupe celle d’être barbu car nous sommes nous aussi jugés sur notre physique et avec tout les a priori que les gens ont sur les barbus ."

Le délégué de l’état se gratte la tête et fait appel à un collègue plus apte que lui dans les calculs, afin qu’il fasse les schémas au tableau des ensembles et sous-ensembles et les calculs pour chacun des groupes. Ainsi le débat est relancé sur les sous-groupes au sein des groupes. Un nouvel homme de la catégorie des blancs prend la parole (décidément ils ont vraiment pris de mauvaise habitudes, certes ils étaient au pouvoir depuis des décennies)
"Voilà je revendique le sous-groupe des homosexuels."

Murmures dans l’assemblée mais tous sont d’accord sauf une personne qui lève la main, la femme d’origine asiatique demande la parole ou plutôt elle s’en empare et commence à parler.
"Il faut alors se déterminer sur nos préférences sexuels donc je suis hétérosexuelle cela doit être pris en compte."
"Oui renchéris sa camarade, et pourquoi pas aussi sur notre statut ainsi, si l’on n’est pas homosexuel, on doit être un couple marié en concubinage ou alors être célibataire ?"

Consternation, questions, car effectivement si certains se déterminent homosexuels c’est qu’il y a d’autres alternatives et que pour le choix des électeurs il faudrait le savoir, ainsi donc est formé le sous-groupe marié et le sous-groupe célibataire mais ils sont facultatifs. Puis une femme blanche intervient :

"Je demande à ce que soit formé les sous-groupes couleurs de cheveux, car étant rousse elle subi une discrimination par les quolibets et les histoires sur les rousses"

Elle est aussitôt soutenues par sa voisine qui est blonde et qui veut aussi former le sous-groupe des blondes car c’est insupportable de voir la discrimination dans les médias sur les blondes. Une femme ni blanche ni noire, fortement basanée commence d'une voix fluette, puis voyant qu'elle ne se faisait pas entendre hurle un bon coup puis reprend doucement:

"Je demande à créer le groupe des femmes de plus de 100 kilos car la discrimination physique sur les grosses est insupportables, même dans les administrations elles subissent des pressions, alors il faut montrer que nous pouvons être une force électorale et représenter les femmes ayant une surcharge pondérale importante."

Quelqu'un s'agite mais personne ne l'entend, alors son voisin hurle un coup et traduit le langage des signes de sa voisine qui est muette et qui désire aussi que l'on reconnaisse leur handicap.

Ainsi à force d’égalité de traitement notre petite assemblée créé le fait que chacun en créant son groupe distinctifs et physiques s’éloigne de son voisin. Chaque groupe politique devra être représentée par des hommes et des femmes à 50% pour chacun puis à l’intérieur de chaque sous-groupe des blancs, noirs, jaune, rouge, multicolore bref toutes les ethnies, puis à l’intérieur de chacune des ethnies les mariés, célibataires, homosexuel, divorcé, libre.. et parmi ceux-ci les gros, maigres, anorexiques, et parmi ceux ci les barbus, moustachus, imberbe etc.. et parmi eux les couleurs des cheveux……bref cela devient ingérable et notre représentant de l’état à une idée, puisque qu’ils se veulent en démocratie il les laisse se débrouiller pour quantifier les pourcentages de chacune des catégories et sous catégories et sous-sous……. catégories. Il les laisse se démêler avec leurs nouvelles idées et reviens quinze jours après. Mais il est obligé de constater que rien n’a avancé car ils ne savent pas comment résoudre le fait qu’à chaque élection il faut déterminer à nouveau toutes les catégories et surtout trouver des candidats pour chacune d’elle, car si une loi est votée et qu’une catégorie n’a pas été représentée cela provoquerait d’interminable débat pour une annulation.

Si la solution n’est pas viable sur le terrain, il serait judicieux de l’appliquer sur papier rien que pour voir ce que chaque ethnie, catégorie et sous catégorie représenterait en pourcentage de la population, cela serait sûrement très instructif et casserait bien des clichés classiques sur la population française et sur celle d’origine étrangère.

Bien souvent l’on voit la droite s’opposer à la gauche et inversement, mais ici avec chaque catégorie ils devront prendre des décisions plus affinées en fonctions de la catégorie de groupe, et l’on comprendra que plus les personnes auront un profil précis plus cela créera des moyens de conflits et d’opposition. Je n’aime pas parler spécialement de ma vie mais je vais faire une exception, dans ma scolarité, il y trente-cinq ans, je résidais à Rouen et mon parcours scolaire qui importe peu ici, m’a amené dans une classe particulière, en effet nous étions multi-ethniques ou culturel, il y avait, un espagnol, une portugaise, une italienne, un marocain, un algérien, un noir africain, un kabyle (il se présentait comme cela et refusait d’être affilié à un pays), une anglaise, notre classe étant composée de 15 élèves cela fait déjà plus de 50% d’étrangers, ensuite il y avait un breton, une fille de l’est, une du sud deux normandes et deux normands dont moi, ensuite pour les croyances et autres les élèves se répartissaient ainsi, trois musulmans, trois catholiques ferventes, un juif, deux croyants catholiques mais sans plus 2 indécis dont un plus proche des protestants et 4 totalement opposés à toutes religions. Et bien dans cette classe nous nous « engueulions » certes mais jamais et je peux vous l’affirmer, jamais il n’y eut de phrase ou de quolibet malfaisant ou raciste entre nous, et si certains s’insultaient pour une raison ou une autre comme cela peut-être le cas chez les adolescents, aucun n’aurait eut l’idée de s’en servir comme étant une visée raciste. Nous acceptions l’autre, un point c’est tout, et même si quelqu’un appelait l’autre l’espagnol et que celui ci appelait l’autre le normand ou le breton, personne ne s’en offusquait c’était comme ça. D’ailleurs que l’on fut juif, musulman, ou catholique, cela n’entrait jamais en ligne de compte, et celui qui était élu représentant de la classe, représentait la classe et non sa communauté, son pays d’origine ou sa religion, tout cela n’ayant rien à faire en ce lieu ou nous étions. Qu’est-ce qui fait que maintenant chacun à du mal à accepter la différence de l’autre alors qu’il cultive et revendique de plus en plus fort la sienne.

Il serait plus sage et plus intelligent que chaque catégorie puisse se battre pour arriver à imposer ses représentants, par exemple et ce n’est pas un mot d’ordre de grève que je lance mais une hypothèse de travail, plutôt que de vouloir une loi pour les femmes et vu que les politiques mâles rechignent à accepter les femmes, si tout à coup ces femmes se rassemblent au nom de leur particularité féminine et décident de faire grève, cela deviendrait catastrophique. Car si elle représente 50% plus ou moins de la population, c’est, je pense, 80% des entreprises et de l’administration qui sont bloquées. Car actuellement les partis politiques malgré une loi sur la parité refuse et préfère payer des amendes plutôt que d’accepter plus de femmes, c’est inadmissible de la part de représentants du peuple ayant en charge les lois, mais c'est ainsi, ils votent une loi et la transgresse.

Alors messieurs si vous ne reconnaissez pas le rôle qualitatif de la femme elle pourra vous le faire payer en vous montrant son rôle quantitatif dans la société, car ôtez toutes les femmes ayant des postes clés, des dirigeantes, des chefs de services, puis celles qui sont dans l'enseignement, les hôtesses d'accueils, les infirmières, les avocates, juges et greffières, ou dans beaucoup de ces métiers la gente féminine est en majorité ; les femmes des secrétariats, guichets, et de tous ces postes sous-payés et offerts aux femmes, bien que du point de vue du sous-payé et des postes précaires on arrive vers une égalité de sous-traitement, bref toujours est-il que les femmes si elles doivent se déterminer uniquement du point de vue de leur sexe sont une force considérable. Alors messieurs arrêtez de ne pas voir plus loin que le bout de votre …. (nez, bulletin de vote, etc. chacun pouvant remplacer les …. par le mot ou nom qui lui plaira). Car si certains font du nombrilisme pour beaucoup d’entre vous, le sexe devient le pivot, le centre de votre monde. Attention je n’ai jamais dit que les femmes étaient meilleures que les hommes, mais cela fera l’objet d’un autre récit.












00 Accueil
01 Ouverturgis
02 Portraiturgis
03 Littératurgis
04 Caricaturgis
05 Conjecturgis
06 Peinturgis
07 Sculpturgis
08 Créaturgis
09 Num-erik
10 Ecriturgis
11 Structurgis
12 Lecturgis
13 Gunhild Arts




courriel email mèl

  E.G.TURGIS - GERSHOM - Gunhild BURNELL - Thorr KARSBORG - © 1992-2011 copyright.-